Les Petites Dalles et la Mémoire des Hautes Falaises
Accueil du site > 08. Période 1939/1945 > Karl Hanke et son rôle dans les fusillés de Sassetot

Karl Hanke et son rôle dans les fusillés de Sassetot

lundi 31 décembre 2018, par Jérôme Seyer

Panzerkampfwagen IV ausf D commandée par Oberleutnant (1er Lieutenant) Karl Hanke et assigné au 25e Panzer Regiment, 7e Panzer Division sous le commandement du Général Major Erwin Rommel pendant la Bataille de France.

Cette photo de propagande est apparue dans le magazine Signal en 1940.

Hanke était employé par le ministère de la Propagande jusqu’à ce qu’il ait un lien avec Magda Goebbels. Hanke et Rommel, qui était aussi un ami du Reichsminister Joseph Goebbels, qui avait compris la valeur de la propagande à la fois pour le front intérieur et pour leurs troupes. Ils s’entraidaient pour faire avancer leurs propres objectifs. Rommel éleva Hanke au grade de commandant le 25 mai 1940. Malgré le manque d’entraînement militaire de Hanke, il fut un commandant très efficace et très agressif qui sauva la vie de Rommel. Hanke a présenté Rommel pour une croix de chevalier au chancelier Adolf Hitler et Rommel le recommanda pour la même décoration.

Le 10 juin 1940 il était présent aux Petites Dalles et il fut envoyé par Rommel reconnaitre les abords de Fécamp en suivant la côte. C’est lui qui à été probablement responsable de l’arrestation des hommes de Sassetot le Mauconduit et qui voulait les fusiller tous. Heureusement un autre officier, probablement, grâce à la discussion avec le comte de Mun, l’abbé curé de Sassetot et la gouvernante qui parlait allemand, le nombre des fusillés fut réduit à quatre

C’est probablement pendant que Rommel était sur la plage des Petites-Dalles que s’est déroulé l’épisode dramatique de Sassetot-Le-Mauconduit avec la prise d’otages civils.Dans son texte Rommel n’en dit rien, cependant il ne peut l’avoir ignoré, étant lui-même passé par Sassetot-Le-Mauconduit en partant vers Fécamp. Le motard impliqué appartenait probablement au groupe de signalisation ou de reconnaissance qui accompagnait les Panzers.

Dans : Hommage aux fusillés et aux massacrés de la résistance en Seine Maritime. 1940-1944. Edité par l’Association Départementale de la Résistance de Seine-Maritime. 1992. Saint-Etienne-du-Rouvray :

“un motocycliste de l’armée allemande fut arrêté par Charles Déportes, garde champêtre. Désarmé et quelque peu malmené, il fut conduit à la mairie où le Maire le fit relâcher. Quelques minutes plus tard, il revint accompagné des soldats de son unité. Tous les hommes du village furent rassemblés. Le motocycliste désigna 4 hommes (Charles Désportes 71 ans, Germain Blondel 36 ans, Edouard Avenel 59 ans et Jean Hervieu 74 ans) qu’il crut reconnaître, bien que 2 étaient innocents. Les hommes furent regroupés et abattus sur place. Ce ne fut que sur la vive instance des habitants de ce village qu’ils seront enterrés.”

Dans la nuit du 10 au 11 juin des panzers stationnent dans les bois de Sassetot . Le lendemain, Rommel envoya Hanke en première ligne lors de l’attaque du port de Saint Valery et celui-ci protesta car "ce n’était pas son tour"

Hanke était amer au sujet de plusieurs actions de combat en France qu’il considérait comme un manque de jugement et critiquait ouvertement Rommel, qui le limogea et annula la Croix de Chevalier, ce qui irrita les hommes de Hanke. Populaire auprès d’Hitler et du secrétaire du Parti Martin Bormann, ils le nommèrent Gauleiter (gouverneur et chef de région) de Basse-Silésie en Pologne, où il signa tant d’ordres d’exécution qu’il fut connu sous le nom de « Pendu de Breslau ». Quand les Soviétiques ont attaqué en janvier 1945, Hanke a organisé la défense la plus dure (Festung (Fortress) Breslau) dans la région, et la ville a tenu jusqu’au 7 mai. La défense n’avait aucune valeur stratégique ou tactique, mais elle a gagné le respect de Gobbels. Hanke a échappé à Breslau le 5 mai par avion. Il a appris qu’il devait remplacer Himmler aux ordres de Hitler et commander les SS. Pour des raisons inconnues, il se rendit en Tchécoslovaquie, où il rejoignit la 18e SS Panzergrenadier Dvivsion "Horst Wessel" et fut capturé le 6 mai. Le 8 juin 1945, sa véritable identité n’étant pas encore découverte, il tenta une évasion. Soit il a été abattu par un garde ou reconnu après s’être échappé et battu à mort par d’anciens prisonniers déplacés tchèques et polonais.

Image dans le domaine public

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0